Marie-Eve Mercier

Paru le vendredi 9 décembre 2016

« Quand la caméra tourne, le monde arrête de tourner. »

J’évolue en administration et en comptabilité dans différentes entreprises familiales depuis plus de 16 ans. Je suis notamment vice-présidente et directrice générale de l’École de Cinéma et Télévision de Québec depuis 2005. J’ai été présidente du Regroupement des gens d’affaires du secteur Bastien-Racine pendant deux ans et administratrice de la Mascarade de l’Halloween pendant deux autres années. Je fais présentement partie de divers regroupements et clubs d’affaires ou culturels. Enfin, je collabore via l’ECTQ à des événements d’envergure, comme les Journées de la culture, et à des festivals de cinéma de la ville de Québec pour diverses projections et ateliers destinés au grand public (Festival de Cinéma de la ville de Québec, Festival de Cinéma en famille de Québec, Festival du Film étudiant de Québec, Antitube).

En tant que vice-présidente et directrice de l’école, il me fait plaisir de vous y accueillir. L’ECTQ est un lieu unique d’apprentissage et d’expérimentation que mon père et moi avons démarrée en 2004. Dans une atmosphère tantôt formelle, tantôt familiale, une synergie toute particulière se crée entre l’équipe des professeurs, le personnel de l’école et les étudiants.  Pour plusieurs finissants, il en résulte que leur passage à l’ECTQ restera toujours une expérience inoubliable qui les a fait grandir personnellement et professionnellement et parfois même, qui les a profondément changés. Ils ont pu y vivre leur passion intensément pendant 5 mois tout en recevant les outils et connaissances dont ils auront besoin pour poursuivre leur carrière dans ce domaine. C’est là notre mission et nous en sommes fiers.

Personnellement, l’ECTQ me permet de concilier mon expérience en administration avec mes passions pour les arts et l’éducation. Que demander de plus ! C’est d’ailleurs mon souhait pour tous nos futurs étudiants : qu’ils n’hésitent pas à prendre dans leur passage à l’ECTQ tout ce dont ils ont besoin pour plus tard, tout comme moi, concilier leur passion et leur métier. Il ne tient qu’à eux de franchir le pas.

Bonnes sessions présente et futures.